Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #documents et essais catégorie

2014-04-11T11:08:38+02:00

Les inventeurs de maladies, manoeuvres et manipulations de l'industrie pharmaceutique, Jörg BLECH

Publié par Lylou

Quatrième de couverture :

"Si on pouvait autrefois espérer trouver un jour un traitement pour chaque maladie, nous explique Jörg Blech, les marchands de la santé, aujourd'hui plus que jamais, semblent plutôt vouloir trouver une maladie pour chaque molécule fabriquée. En manipulant des membres influents de la communauté médicale, les lobbys industriels ont peu à peu modifié les «normes» de certaines valeurs biologiques - comme le taux de cholestérol et la tension artérielle - afin d'augmenter le nombre de patients «susceptibles d'être traités». Pour eux, faire croire à des gens en bonne santé qu'ils doivent se soigner à vie est une véritable rente viagère." (Extrait de la postface de Martin Winckler.)

A partir d'un grand nombre d'articles parus dans d'importantes revues scientifiques, Jörg Blech a mené sa propre enquête. Exemples et révélations à l'appui, il développe une synthèse passionnante des dangers menaçant les patients - malades ou prétendus tels. Un livre à lire absolument avant de se rendre chez le médecin.

 

Mon avis :

Alors moi qui suis déjà une grande phobique de tout ce qui est médical, cette lecture ne m'a pas arrangée (comment ça je le cherche ?). Même s'il y a des choses qu'on sait déjà (que les médecins sont "achetés" par les industries pharmaceutiques par exemple), ce documents nous en apprends quand même de belles.

Déjà avec le docteur Knock (le même que la pièce de théâtre), en l'absence de patients on a organisé des conférences sur les grands dangers des micro-organismes pour voir le nombre de consultations augmenter considérablement. Aujourd'hui, ces manoeuvres continuent et de nouvelles pathologies apparaissent sans cesse : des processus normaux de l'existence sont envisagés comme des maladies (comme la chute de cheveux), idem pour des problèmes sociaux (la timidité devient vue comme "une phobie sociale" ou le dueil comme "un trouble d'adaptation pathologique"), de simples risques également, ou des symptômes anodins comme des signes avant-coureur de graves maladies. Il devient normal d'être malade avec tout ça. Chaque maladie a son comprimé et de plus en plus souvent chaque comprimé a sa maladie. Or, plus le système injecte de l'argent dans la santé, plus il est probable que les individus se sentent malades. Et le marché pharmaceutirque l'a bien compris, se préoccupant souvent moins des besoins médicaux que des conditions de croissance de l'industrie.

Bref, ça a été une lecture très intéressante que je recommande.

Quoiqu'il en soit simplement ...

La vie elle-même est une maladie transmise sexuellement et mortelle à cent pour cent ; elle doit être croquée à pleines dents et nécessite un équilibre raisonnable entre les risques supportables et les risques insupportables.

Petr Skrabarek et James McCormick

Voir les commentaires

2014-02-27T15:12:58+01:00

Disparues, que sont-elles devenues, Karl ZERO

Publié par Lylou

Le fait divers est un genre à part entière, qui doit savoir captiver toutes les couches socioprofessionnelles, des lecteurs de "Qui police" aux intellos de la Fiac. Pourtant, au-delà de ce cirque, la seule chose importante dont il faut se souvenir en permanence, c'est qu'il y a, dans ces histoires, des gens qui souffrent vraiment.

Présentation :

Où est passée la petite Maddie McCann, fillette anglaise de 4 ans disparue en Algarve ? Qui a kidnappé Estelle Mouzin ? Quel assassin a imaginé, autour de la dépouille d'Anaïs Marcelli, ce curieux mausolée ? Saura-t-on un jour qui a massacré ces jeunes filles qu'on appelle « les oubliées de l'A6 » ? Et les premières « disparues de Perpignan », le sont-elles pour toujours ?

Karl Zéro sonde ces mystères à la première personne dans des enquêtes à vif, inédites et exclusives, où il cherche à comprendre par qui et pourquoi tant de vies sont brisées. Le livre porte un éclairage nouveau sur cinq dossiers de disparitions non élucidées, toujours brûlants.

Karl Zéro a su imposer un ton novateur et très personnel au traitement des faits divers, une approche humaine, jamais voyeuriste, extrêmement fouillée.

 

Ce que j'en ai pensé :

Alors, tout d'abord, pourquoi cette lecture ? Aucun côté morbide là-dedans, mais "j'aime" (ce n'est peut-être pas approprié...) ce genre de documents touchant aux affaires criminelles, faits divers, etc. Ce sont des sujets qui m'intéressent et je suis adepte de émissions types "Non élucidé", "Enquêtes criminelles", "Crimes", "Les faits Karl Zéro", et autres joyeusetés du genre. J'ai fait du droit après tout ; et je suis surtout curieuse. Même si je deviendrai peut-être parano sur les bords à force de voir et lire de telles attrocités... 

Par ailleurs, j'aime bien Karl Zéro et son écriture, son ton. J'ai déjà lu "Dans la peau de Luka Magnotta" qu'il avait écrit l'année dernière. Beaucoup d'horreur à la lecture, encore une fois, mais un certain intérêt psychologique...

Dans "Disparues", Karl Zéro revient sur des affaires de jeunes filles / jeunes femmes disparues (évident, c'est le titre...) ou retrouvées assassinées ; Estelle Mouzin ou la petite Maddy disparue au Portugal, entre autres. 

A la lecture de ses affaires, que je ne connaissais pas toutes, il y a bien sûr de la révolte qui ressort. D'abord contre les "personnes" (si on peut encore les appelées comme ça...) qui agissent pour un tel mal, une telle horreur. Aussi contre des procédures parfois bâclées ou incohérentes qu'on a du mal à comprendre (même en sachant combien il est facile de critiquer et en connaissant les très nombreux obstacles que peut rencontrer une procédure judiciaire). 

On croise également dans ce documents les (trop) nombreux parents de ces victimes, qui restent aujourd'hui dans l'inconnu, sans savoir ce qui est arrivé à leur fille. Ces parents qui ont connu une telle horreur, qui ont été eux-mêmes soupçonnés (après des affaires comme l'histoire de Fiona on comprend aussi...), et qui reste sans réponses à leur nombreuses interrogations. Des parents souvent "parents-courage" qui font des pieds et des mains pour que leur dossier ne soit pas classé, se heurtant parfois à une police ou une justice pas toujours à l'écoute, mais qui ne baissent pas les bras.

La Justice, trop souvent, pense que les familles ne peuvent rien lui apporter. C'est un peu chacun à sa place. A nous, la justice, la recherche de la vérité ; à vous, les familles, la douleur. On s'aperçoit pourtant que les familles, parce qu'elles pensent tous les jours à ces affaires, ont à la fois la force et la volonté d'aider la justice à progresser.

Me Didier Seban, avocat

Je ne m'étendrai pas plus sur cette lecture de sujet difficile. Je pense que c'est un document qui mérite d'être lu.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog